Extraits de « Biologie des croyances » de Bruce Lipton.

« J’avais la conscience aigüe que tout humain est constituée d’environ cinquante milliards de cellules individuelles »

« Vous pouvez certes vous considérer comme un individu, mais du point de vue cytologique, je peux vous garantir que vous êtes en fait une collectivité peuplée d’environ 50 milliards de citoyens unicellulaires qui collaborent. La quasi-totalité des cellules de notre corps est constitué des organismes individuels similaires à des amibes qui ont développé des stratégies d’entraide visant leur survie mutuelle. Pour simplifier les choses, disons que les humains sont le résultat de la « conscience collective des amibes ». »

« Des découvertes récentes en science du génome ont révélé un autre mécanisme de coopération entre espèces. Il s’avère que les organismes s’intègrent à leur communauté cellulaire en partageant leurs gènes. On croyait qu’un organisme individuel transmettait ses gènes uniquement à sa descendance, par le biais de la reproduction. Or, les scientifiques réalisent aujourd’hui que les gènes se transmettent non seulement entre les membres individuels d’une espèce, mais aussi entre les membres d’espèces différentes. Le partage de l’information génétique par transfère de gènes accélère l’évolution puisque les organismes peuvent acquérir l’expérience « apprise » à partir d’autres organismes (Nitz et al, 2004 ; Pennisi 2004 ; Boucher et al, 2003 ; Dutta et pan, 2002 ; Gogarten, 2003). Étant donné ce partage de gènes, on ne peut plus concevoir les organismes comme des entités isolées. Il n’y a donc pas de mur entre les espèces. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *